Comment développer les 4 accords Toltèques ?

Comment appliquer les 4 accords Toltèques dans sa vie d’étudiant ?

Comment développer les 4 accords Toltèques ?

Cet article est un résumé écrit du livre de Miguel Ruiz “Les 4 accords Toltèques” sorti en Novembre 1997 aux Etats-Unis. Ce livre est une référence dans le développement personnel. Ces 4 accords peuvent être appliquer pour toutes personnes souhaitant atteindre plus de liberté personnelle. Dans cet article, tu trouveras des exemples concrets pour appliquer les 4 accords Toltèques dans ta vie d’étudiant et plus précisément pour des travaux de groupe.   

1. Que ta parole soit impeccable

L’auteur met ici en avant le pouvoir des mots. 

Ce qui sort de notre bouche à le pouvoir de faire mal. Notre parole peut détruire, mais aussi construire

Exemple lors d’un projet de groupe : Mon pote à droite propose quelque chose que je trouve complétement débile, mais vraiment.

1ère option : Lui dire en pleine face que son idée est absolument nulle, voir même de snober son idée et d’essayer de lancer une autre idée.

2ème option : Rebondir sur son idée et apporter une nouvelle pierre à son imagination de départ pour construire un projet commun.

Le premier accords peut donc être appliqué en modérant ses propos vis-à-vis des autres. « Je tourne 7 fois ma langue avant de parler », mais aussi pour soi-même.

Il y a certaines personnes (et j’en fait partie) qui ont des comportements auto-saboteurs. 

Toutes ces paroles du genre « Je suis nul », « Je ne vais pas y arriver », « Je suis plus moche que mon voisin », « Je n’ai pas eu la note que j’espérais alors que j’ai bossé comme un malade » ont une très mauvaise influence sur notre mental. 

Il faut absolument réussir à changer la manière dont on se parle intérieurement. Nous passons trop de temps à nous juger. 

Nous ne pouvons pas espérer atteindre un objectif, trouver notre stage,  valider nos semestres, si nos pensées sont constamment négatives. 

Le docteur Ivan Joseph en parle très bien dans son TEDx. 

 

 

2. Quoi qu'il arrive, n'en fait pas une affaire personnelle

Le deuxième accord est profondément intéressant. Il met en avant que les actions et les mots des autres ne correspondent qu’à une réalité qui est la leur. En gros ça signifie que si quelqu’un te critique, te juge ou t’insulte, c’est l’image que cette personne à de toi mais ce n’est en aucun cas qui tu es réellement.

Attention, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas les prendre en considération pour progresser.

Certaines personnes préfères recevoir des feedbacks négatifs pour progresser. Au contraire, d’autres ont besoin d’avoir uniquement des retours positifs pour ne pas perdre confiance en eux. Alors comment faire ?  

Conseil 1 : Dans les travaux de groupe, il faut mettre au clair les attentes de chacun en début de groupe. Le meilleur moyen est de définir des rôles : 

  • 1 coordinateur : Objectif de fédérer les membres de l’équipe 
  • 1 chef d’équipe : Objectif de faire avancer le projet le plus efficacement possible
  • 1 observateur : Objectif d’observer les comportements de chacun et de dresser des feedbacks à la fin du projet 

3. Fais toujours de ton mieux

Il faut réussir à être bienveillant avec soi-même pour être ensuite bienveillant avec les autres. 

Ce qui est bon et juste pour toi n’a rien à voir avec ce qui est bon ou juste pour ton voisin. 

Si ce qu’il y a de mieux pour toi c’est de te reposer en regardant Netflix ou d’aller courir 40 minutes avec du bon son dans les oreilles et bien fait le.

Dans ce blog, je parle souvent du travail, de la répétition, mais parfois, il faut juste savoir s’écouter et se faire plaisir avec des choses qui nous font réellement du bien. Même si tu t’éloigne du désir de perfection, tu passes un bon moment.

La technique, c’est de trouver un équilibre entre les choses que tu dois faire et les choses que tu peux faire.

Moi le matin je me fais toujours une liste avec les choses que je suis obligé de faire et les choses que j’aimerais bien faire. Et en gros, l’objectif à la fin de ma journée c’est d’avoir rempli des cases dans chaque colonne, donc de trouver un équilibre.

 

Si par exemple je n’ai pas réussi à me motiver pour aller courir 40min, ce n’est pas un drame. Il faudra juste que le lendemain, je place cette tâche que je “dois” faire un peu plus haut dans ma liste. 

Pour apprendre à être un peu plus bienveillant, tu peux aussi t’entrainer à t’appliquer dans toutes les petites tâches de ton quotidien. 

Je commence toujours la journée par faire mon lit et aérer ma pièce. Et si tu savais comme c’était pas gagné il y a 6 mois (ma mère peut en témoigner mdr). 

A ton avis, pourquoi les militaires font toujours leurs lits de manière impeccable ? Qu’ils rangent leur chambre de A à Z le matin ? Qu’ils se rasent de près ? C’est pas pour faire jolie. C’est un ****** d’état d’esprit. Si tu ne t’applique pas à faire les petites choses de ton quotidien, comment veux tu accomplir de grandes choses ? 

Faire mon lit le matin ça m’apporte  3 trucs juste dingue : 

  • La fierté d’accomplir quelque chose dès mon reveil 
  • Le sentiment d’être ordonné et que tout est clair dans mon esprit
  • Et puis ça me coupe l’envie d’aller me recoucher car j’ai un peu la flemme de devoir le refaire 😉

Je t’invite à suivre un mec sur YouTube il est génial. Il s’appelle Richard Yu il m’inspire énormément. Il s’est fait connaitre grâce à ses fameuses “morning routine” en se levant à 3h30. Il parle souvent des petites habitudes à prendre et des choses “Non négociables” à mettre en place dans sa vie (La douche froide au reveil par exemple).

” How you do one thing is how you do everything”

Voici sa vidéo qui a fait 2.6M de vues sur YouTube.

J’espère que l’article t’a apporté de précieux conseils pour tes futures candidatures. Cependant, n’oublie pas, lire est une chose, passer à l’action en est une autre !

 

A bientôt, 

 

Hugo

As-tu aimé l'article ? Partage le pour en faire bénéficier tes amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *