Comment développer son esprit d’équipe ?

Si les compétences techniques demandées évoluent au fil du temps, les softskills eux sont indémodables. Attention, indémodable ne signifie pas universel…

Comment développer son esprit d'équipe ?

Les principales clés de l'article :

La capacité de collaboration te permettra d’être plus apte à atteindre un but commun avec ton groupe de travail. Et n’oublie pas, tes attentes personnelles passent toujours après celles du groupe.

Avoir un bon esprit d’équipe nécessite que tu développe ton intelligence émotionnelle, tes compétences de communication et ton respect pour la diversité. 

Il existe des centaines de softskills, ne cherche pas tous les avoir. Tes compétences doivent être vraies. Plusieurs recruteurs m’ont dit qu’ils les évaluaient majoritairement lors de l’entretien. Ne cherche donc pas à mentir sur ton CV sinon ton entretien ne va pas être une partie de plaisir.

Je me suis renseigné grâce à une étude NetCredit sur les softskills les plus demandées par les entreprises pour les années à venir. L’esprit d’équipe ou collaboration arrive en tête. 

Le terme « collaboration » ou esprit d’équipe en français, est la compétence la plus recherchée par les entreprises. La culture d’entreprise est primordial aujourd’hui. Elle influence fortement la collaboration et le travail en équipe. Certaines entreprises font régulièrement des « team building » ou « séminaires » pour renforcer la cohésion de leurs salariés et renforcer leur culture. A première vue, le travail en équipe semble facile mais en réalité, il peut présenter de nombreux challenges pour vous et votre personnalité.

Nous ne naissons pas « expert des travaux de groupe », cela s’apprend. Même si au lycée c’était cool de faire des expériences sur des grenouilles, dans le monde professionnel c’est une toute autre histoire.

Je me suis inspiré d’un article de Thebalancecareers pour te propose ici d’approfondir 3 compétences clés pour que tu développes de la meilleure des manières ton esprit d’équipe :

1. Comment devenir un maitre de la communication ?

Le plus dur lorsque l’on travaille en groupe, c’est de ne pas avoir peur de partager son opinion tout en ne pas imposant son point de vue aux autres membres du groupe. Apprendre à écouter pour mieux communiquer c’est tout un art. Voici 2 petits conseils pour que tu deviennes un meilleur communiquant :

L'écoute active

Ecouter sans jugement et être capable de comprendre le fond de la pensée de son interlocuteur n’est pas si facile. Nous avons tendance à ne pas écouter réellement ce que nous dis la personne. 

Chaque matin, je vais prendre mon café dans un petit commerce en bas de chez moi. J’adore écouter les gens discuter entre eux. Au-delà des perles que l’on peut entendre, c’est ahurissant le nombre de discussions qui tourne autour du « moi », ou du « je » sans qu’il n’y ai aucune réelle écoute derrière. C’est triste. Vous connaissez le dicton « Parler est un besoin, écouter est un art ». Je vous jure il y en a beaucoup qui devrait le méditer.

En groupe c’est la même chose. Quand quelqu’un parle et que nous trouvons son intervention complètement idiote, nous avons tendance à le snober. C’est mauvais pour 2 raisons. Premièrement, tu n’imagines pas ce qu’il doit ressentir quand personne ne rebondit sur sa remarque. Ça doit être franchement humiliant. Deuxièmement, tu passes surement à coté d’une occasion de creuser sa remarque pour en faire ressortir une idée géniale. Je me souviens d’un prof de design thinking qui m’avait dit une fois « pars du principe que chaque humain est un génie et qu’il a quelque chose à t’apporter ».

La communication non-verbale

Si tu veux que les gens t’écoutes, il va falloir que tu leurs donnes envie de t’écouter. Cela passe par ta communication non verbale. Le langage de ton corps, l’intensité de ton regard, l’expression de votre bouche… Tous ces signes permettent à ton interlocuteur de mieux assimiler le fond de ton propos.

Plusieurs études montrent que les gens assimilent ton message à 80% grâce à ton langage non verbale.

Les règles de base sont :

  • Le sourire – Etre inspirant ça commence par là
  • La posture – les épaules en arrières et le menton légèrement relevé aideront ta voix à être perçue comme « convaincante »
  • Le regard – Regarde ton interlocuteur dans les yeux est une marque de respect et une occasion de gagner sa confiance

2. Comment développer son intelligence émotionnelle ?

L’intelligence émotionnelle c’est la capacité à identifier et gérer tes émotions. C’est un point qui demande beaucoup de temps et de remise en question. Faire le bilan de ses fortes et faiblesses n’est pas l’exercice le plus cool car ton égo en prend un sacré coup. Néanmoins, tu vas vite te rendre compte de la puissance de cette analyse sur ton mindset.

Premièrement, tu vas apprendre à mieux te connaitre. Typiquement, pour moi, j’ai appris que j’avais une superbe faculté d’écoute mais du mal à m’exprimer en groupe.

Pourquoi j’ai du mal à m’exprimer en groupe ? Car j’ai peur du regard des autres. Et pourquoi ? Car je n’ai pas spécialement confiance en moi !

L’objectif c’est de chercher les causes pour, à terme, en améliorer les conséquences (à savoir ta capacité à travailler en groupe).

Je te conseille donc de travailler sur ces 5 points si tu veux développer ton intelligence émotionnelle :

  • Empathie
  • Compassion
  • Capacité à reconnaitre et se détacher de ses émotions
  • Capacité à ne pas prendre les critiques personnellement (Très dur pour moi)
  • Résilience ou capacité à surmonter les chocs traumatiques

Il n’y a pas de recettes miracle. C’est dur de travailler sur ces aspects de ta personnalité car tu touches des points très sensibles et que tu es amené à sortir de ta zone de confort. La présence d’un coach ou d’un mentor peut fortement accélérée ce travail sur toi.

J’ai été suivi un an par un coach pour m’aider à développer ces aspects de ma personnalité. Je peux t’assurer que je n’ai pas été déçue. Va faire un tour sur son site si tu veux plus de conseils.

3. Comment gérer la diversité des profils au sein de ton groupe ?

Tu seras surement amené à travailler plus tard avec des gens qui n’ont pas la même culture que toi. Ce serait mentir que de dire que c’est simple, mais cela s’apprend.

Travailler avec des gens différents de ton entourage habituel peut te paraitre compliqué mais cela peut être une source de ressources infinies : Apprendre une langue / Hybridation des compétences / Capacité d’adaptation…

Je te conseille donc de travailler sur ces 2 points si tu veux améliorer ta capacité à travailler avec des personnes n’ayant pas la même culture que toi :

Solliciter les points de vue de tous les membres de l'équipe

Ne laisse jamais quelqu’un sur la touche. Tu aimerais que ça t’arrives ? Non, alors, ne fait pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse ! Perso, ça m’est arrivé d’être dans un groupe ou les mecs étaient tous ultra dans la compétition et ils ne m’ont pas laissé en placer une pendant les 3 jours de travail… C’était dur !

Si tu arrives à instaurer un climat de respect mutuel entre les membres de ton groupe ou chacun s’écoute et rebondit sur les remarques des autres, tu pourras dire que tu as l’esprit collaboratif.

Donnes du crédit aux membres de ton groupe et ils t’en donneront en retour je te l’assure !

Construire et gérer les attentes de l'équipe

Lorsque tu commences un travail d’équipe, il est important de créer de la cohésion au sein du groupe. Il faut que tout le monde se sente à sa place, qu’il n’y ai pas de malaise. N’hésite pas à prendre 1 heure pour fixer par écrit les attentes de chacun et surtout les attentes globales du groupe.

 

 

J’espère que l’article t’a apporté de précieux conseils pour tes futures candidatures. Cependant, n’oublie pas, lire est une chose, passer à l’action en est une autre !

 

A bientôt, 

 

Hugo 

As-tu aimé l'article ? Partage le pour en faire bénéficier tes amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *